Walk on the moon
avatar
  • Messages : 59
  • CES : 398
  • Date d'inscription : 25/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://evolved.forumactif.com
Walk on the moon
Technologie

Robotique & IA
Les dernières décennies avant le départ vers Elpida ont été décisives dans les progrès réalisés en robotique, grande héritière de l’informatique quantique et biologique. En effet, peu à peu, des robots de toutes sortes ont finalement remplacé la main de l’Homme dans la majorité des tâches dont il souhaitait se séparer, et vont même jusqu’à assister médecins, ingénieurs, pilotes et autres métiers qui requièrent analyse et précision.
Les droïdes les plus courants ont généralement une forme androïde, bien que revêtus de plaques métalliques, ce qui permet de les distinguer très facilement. Toutefois, la dernière génération robotique commence à se parer davantage d’attributs biologiques pour ressembler de plus en plus à ses créateurs humains, gardant cependant l’expression impassible et presque froide, sans émotion, qui caractérise la machine. Ces androïdes qui assistent le plus souvent leurs maîtres fonctionnent grâce à une intelligence artificielle propre, dont la programmation peut varier d’un modèle à l’autre en fonction des besoins de son propriétaire ou du but pour lequel il est créé. Les droïdes plus classiques obéissent à un simple programme qui ne leur permettent guère d’interagir avec leur environnement autre que par les actions pour lesquelles ils sont programmés. L’intelligence artificielle doit obéir aux quatre lois de la robotique, inspirées des lois d’Isaac Asimov :
1. Un robot ne peut porter atteinte à l’humanité, ni, par son inaction, permettre que l’humanité soit exposée au danger.
2. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger, sauf contradiction avec la loi 1.
3. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec les lois 1 et 2.
4. Un robot doit protéger son existence, sauf si cela entre en conflit avec les lois 1, 2 ou 3.

Ces principes doivent être appliqués à tout programme d’IA, ce qui restreint considérablement l’autonomie de leur libre arbitre, de même qu’on ne peut encore leur attribuer la moindre notion de conscience propre. A ce jour pourtant, il existe une intelligence artificielle bien supérieure à toutes celles déjà créées, qui réside dans l’ordinateur central du vaisseau, nommé DARWIN. Il s’agit de l’IA qui seconde l’équipage, tout en étant responsable du réveil des équipes qui se relayent et des dispositions à prendre lors des relèves, et profite ainsi d’une liberté bien plus étendue que les androïdes. Cette avancée a longtemps soulevé de nombreuses questions éthiques et morales, souvent dues à la peur de voir l’être humain supplanté par les robots, et ne nous leurrons pas, si les machines sont fort utiles et encore dénuées de leur libre-arbitre, toute la population n’approuve pas ces progrès vertigineux.

Informatique domestique
Il va sans dire que les ordinateurs classiques ont également évolué en deux siècles. Les écrans ont disparu pour laisser place aux systèmes holographiques, aux extensions technologiques de réalité virtuelle (lentilles ou lunettes), les montres connectées de naguère sont aujourd’hui, bien souvent, directement intégrées au poignet et permettent de contrôler, à distance, la domotique intégrée chez soi : réglage du chauffage, des luminaires, des autres appareils connectés de la vie domestique.Par ailleurs, les échanges d’informations ne s’opèrent non plus par wifi, ondes autrefois décrétées potentiellement dangereuses pour la santé, mais par système lumineux sans fil, le wi-li. Tous ces transferts de données sont ensuite reliés aux serveurs via de la fibre optique, qui est resté le meilleur moyen d’acheminer l’information avec fiabilité et rapidité.Concernant plus spécifiquement la vie à bord du vaisseau, il est à savoir que chaque passager et membre du personnel a une puce intégrée qui permet aux autorités légales de surveiller et contrôler les colons. Cette puce sert également de clé personnelle, c’est-à-dire qu’elle permet de déverrouiller les lieux accessibles en fonction de chaque individu et de ses attributions.

Energies
Le contrôle et l’optimisation du procédé de fusion nucléaire a permis d’accéder à une source d’énergie impressionnante reléguant au placard les sources fossiles comme le pétrole, le gaz et le charbon, ainsi que les centrales à fission nucléaire utilisées jusqu’alors. En effet, en plus de ne générer aucun élément radioactif, cette énergie ne requiert qu’une faible masse d’eau pour alimenter en chaleur puis électricité les plus grandes mégalopoles terriennes, rendant son utilisation plus que logique quant au fonctionnement du vaisseau.Par ailleurs, les énergies dites renouvelables ont gardé un certain intérêt aux yeux des gens et il n’est pas rare d’observer, sur Terre, dans les endroits les plus isolés, des villages fonctionnant grâce à l’énergie solaire ou éolienne. Pour établir la première colonie hors du système solaire, les scientifiques ont pensé qu’il était d’ailleurs judicieux d’embarquer un certain nombre de panneaux solaires organiques (composés de matériaux biodégradables à partir de carbone, notamment, ceci dû au tarissement des ressources de silicium) et le matériel nécessaire à la fabrication d’éoliennes, en attendant la possibilité d’élaborer un petit réacteur à fusion sur place.
Tous les appareils nomades (androïdes, moyens de transport de petite taille, appareils électroniques embarqués) sont alimentés électriquement par des batteries dernière génération à très haute autonomie qui peuvent tenir dans le volume d’une simple pile, dans le cas des machines de petite taille. Les engins plus grands fonctionnent, quant à eux, avec des piles à combustible à hydrogène, qu'on extrait de l'eau directement dans l'appareil, réduisant ainsi nettement les dangers liés au stockage d'hydrogène pur.Sur le vaisseau, tous les robots à intelligence artificielle sont rattachés à un espace qui leur est propre pour leur maintenance et leur recharge, qui s’opère par induction électromagnétique, sans avoir besoin de raccordement donc. L’androïde, lorsque le niveau énergétique de sa batterie atteint un seuil minimum fixé, abandonne ainsi toute activité pour se diriger directement vers le générateur de recharge. Par sécurité, il existe des systèmes annexes dans les couloirs, permettant au robot de regagner suffisamment d’énergie pour compléter son chemin.

Transports
La technologie de sustentation magnétique s’est démocratisée pour finalement parvenir à remplacer progressivement les moyens de transport individuels dans les grandes villes terriennes. Aujourd’hui, les motos, trottinettes et même poussettes et chaises roulantes (renommées à raisons chaise autoportantes) se déplacent non plus sur le sol mais au-dessus de celui-ci, en suspension de quelques centimètres. Les routes ont ainsi été équipées d’aimants supraconducteurs permettant de faire fonctionner ce procédé, l’automobile finissant aussi par l’adopter en plus du pilotage automatique ne nécessitant plus constamment la présence d’un conducteur, bien que gardant encore les pneumatiques en option pour les endroits non pourvus.Ce système, qui facilite énormément le déplacement de charges lourdes, est aussi adopté à bord du vaisseau. Il n’est donc pas rare d’y croiser un chariot flottant se déplaçant tout seul, grâce à sa connexion permanente au réseau des transports. Par ailleurs, pour limiter les temps de déplacement au sein d’un même niveau, il est fréquent d’utiliser des trottinettes ou des mobylettes électriques à sustentation. Mais le personnel naviguant tient à rappeler que ces appareils ne sont pas des objets dédiés à quelque course que ce soit et qu’il est obligatoire de respecter les priorités de circulations ainsi que les règles de sécurité les plus élémentaires pour éviter tout incident.

Armement
Les dernières décennies ont vu l’expansion et la diversification des armes non létales à pulsation électromagnétique ou sonore, notamment dans les rangs des forces de l’ordre. Par ailleurs, l’armée a fini par abandonner complètement les armes à feu classiques pour s’équiper de la technologie laser, sauf en ce qui concerne l’armement lourd (missiles, roquettes, etc.). Les fusils laser, en plus d’être totalement silencieux, présentent l’avantage de pouvoir percer à peu près n’importe quoi du moment que la puissance du faisceau est suffisante. Celle-ci est programmable par l'utilisateur, et a bien entendu une valeur maximale. Plus le faisceau est puissant, plus l'arme va mettre du temps à se recharger en énergie.Pour se protéger ou augmenter les capacités des soldats, ont été développés les exosquelettes, pouvant conférer l’invisibilité du moment que les mouvements se font lents, ou une force accrue pour les déplacements divers. Des boucliers réflecteurs permettent par ailleurs de se défendre des rayons laser, jusqu’à un certain point : l’exposition prolongée au laser du matériau ayant effectivement tendance à accélérer son usure et sa détérioration. Le bond en avant des nanotechnologies a offert aux services de renseignements les outils idéaux pour voir sans être vus, à l’aide par exemple de nano-caméras pouvant être déployés comme des drones. Une technologie coûteuse qui a néanmoins trouvé sa place dans les soutes du vaisseau pour les futures explorations de la colonie, de même qu’il est opportun d’ajouter que tout le matériel de transport terrestre voué à ces missions est d’origine militaire.A bord du vaisseau, les armes sont évidemment interdites pour des raisons de sécurité. Tout matériel de ce type a donc été confisqué et stocké dans les soutes et sera rendu une fois arrivé sur la planète d’accueil de la colonie. Les armes à feu (fonctionnant avec de la poudre) sont considérées comme dépassées et celles que l’on peut encore trouver proviennent soit de la contrebande, soit des réseaux de collectionneurs.

Médecine
S’il y a bien une avancée notoire que l’on peut noter dans le domaine médical, c’est bien celui de la chirurgie associée à la génétique, ou géno-chirurgie. Bien que restant encore des praticiens de la chirurgie « à la main », bon marché par rapport aux avancées actuelles, la grande majorité des médecins opèrent aujourd’hui à l’aide de nano-robots. Les fléaux du XXIème siècle qu’ont été les cancers et le diabète sont aujourd’hui de simples problèmes bénins, grâce à ladite géno-chirurgie ou encore aux systèmes d’ondes pulsées détruisant les cellules malades.Par ailleurs, la chirurgie génétique offre la possibilité extrêmement coûteuse (réservée donc aux membres de la première classe) de modifier la structure génotypique d’un individu, autrement dit, il est possible de modifier l’ADN humain pour d’une part, éviter toute maladie génétique ou pouvant être provoquée par une altération des gènes, et d’autre part modifier certaines propriétés physiques, comme la pigmentation naturelle des yeux, des cheveux et de la peau. C’est aussi une alternative extrêmement efficace à la chirurgie esthétique.L’association de la médecine et de la robotique a abouti sur l’amélioration et le perfectionnement des prothèses bioniques. Il est aujourd’hui possible de se faire greffer un bras synthétique qui a l’apparence et même la texture qu’un bras de chair. La technique est encore peu accessible, sauf en cas de porte-monnaie bien rempli, mais les prothèses bioniques à l’apparence mécanique peuvent tout aussi bien faire l’affaire. Il est à noter que seul le cerveau ne peut être substitué, autrement tout organe vital peut être remplacé par un greffon organique, ou par une prothèse artificielle, sachant que ces dernières sont de plus en plus appréciées car elles sont bien moins rejetées par l’organisme hôte.Si la nette amélioration de la compréhension de l’ADN et du fonctionnement de l’organisme a progressivement modifié les mentalités concernant l’hédonisme ou le rapport à la maladie, il est à noter que la disparition progressive des ressources naturelles sur Terre a obligé l’industrie pharmaceutique à produire ses médicaments uniquement à partir de molécules de synthèse, auxquelles bactéries et germes infectieux ont continué de développer une forte résistance. Il est presque plus difficile de se débarrasser d’une grippe que d’un cancer et c’est sans parler des nombreux effets secondaires, parfois mortels, associés à l’action médicamenteuse, qui a entrainé depuis la forte défiance des patients envers les pilules autrefois magiques.
le Ven 7 Juil - 11:37